Katchakine

De Clémence Jeanguillaume

Katchakine brûle ses dernières cartouches. Sous la fureur des idoles, où mûrit la folie du siècle, elle entre dans la nuit comme un couteau dans la chair et déchire le silence dans un cri de panthère.
Suivie d’une armée de fantômes ( Serge Gainsbourg, Kas product, Bauhaus, David Bowie, George Bataille, Dante, Artaud, Baudelaire) et d’autres inconnus, elle invite à danser dans les mondes perdus. Seule avec ses deux synthés, Katchakine enflamme et incite à un délire général. Une ode Dionysiaque. Une ivresse de vivre, une extase et un effroi.

Le 12 juillet à 22h