Tous les articles

2018

Le Mag du Sud-Ouest

47 Magazine

La Dépêche

Podcast Radio – Bergerac 95

2017

Cahier Nouvelle-Aquitaine

Le Festin n° 102

La Lettre du Spectacle n° 409

Le Sud Ouest

2016

« Villeréal : un festival à visage humain »

Article de Jen-Pierre Thibaudat dans Mediapart

5 juillet 2016

Le Sud Ouest

2014

Le Sud Ouest

Festival : la restitution, après l’immersion Publié le 05/07/2014 à 06h00

Le Festival à Villeréal s’ouvre samedi pour une semaine de représentations, dans différents lieux de la bastide. Après un mois de travail, les comédiens en résidence proposent plusieurs spectacles. D’abord, trois créations : « Les Voisins » de Michel Vinaver, joué sous la halle, du 5 au 12 juillet à 19 heures ; « Paroles de fonctionnaires », joué au stade Léo-Cheyrou, du 6 au 12 juillet à 19 h 30 ; « Le temps des h+mmes », joué route de Monpazier, du 5 au 11 juillet à 21 heures et le 12 juillet à 19 h 30. Au programme également, un spectacle invité intitulé « L’Identité multiple », raconté par Réhab Méhal, au 19 rue Saint-James, du 5 au 9 et les 11 et 12 juillet à 16 heures, ainsi que jeudi à 18 heures. À découvrir aussi le feuilleton sonore, « Un petit goût de métal », en écoute libre sous la halle et diffusé sur Radio 4, du lundi au vendredi, jusqu’au 18 juillet, autour de 10 h 45.
Autour du festival, d’autres animations sont prévues : « Les Simone », un projet porté par Caroline Darchen, en partenariat avec l’école de musique et l’Ehpad de Villeréal. Représentation des « Simone 1 » à la maison de retraite, jeudi à 14 h 30 et des « Simone 2 », sous la halle, mercredi à 18 heures ; cabaret « l’Amoretto », joué sous la halle, le 12 juillet à 21 h 30 pour la soirée de clôture ; concerts aujourd’hui, demain puis mercredi à 22 heures ; conférence sur l’économie, dans la cour de l’hôtel de l’Europe, dimanche, lundi et mardi à 14 h 30. Enfin, des films seront projetés dans la salle François-Mitterrand tout au long de la semaine : les courts-métrages des lycéens de l’option cinéma sélectionnés par le festival du film de Sarlat, aujourd’hui à 17 heures ; « Braconnière », de Martin Tronquart, lundi à 18 heures ; « Tendretés », de Juliette Navis, mardi et vendredi à 18 heures ; « Lettres à Max », d’Éric Baudelaire, mercredi à 16 heures ; « Tarpan », de Sébastien Téot et Marc Vittecoq, jeudi à 18 heures.


Solidaires des intermittents


Les comédiens du festival, même s’ils maintiennent les représentations, sont solidaires et acteurs du mouvement de protestation des intermittents du spectacle sur la réforme du système d’assurance-chômage. En conséquence, ils ont prévu de mener des actions. Parmi elles, la rédaction d’une « lettre au public » jointe à tous les supports de communication, l’affichage d’une banderole sur la place du village, le port d’un brassard rouge et la prise de parole systématique lors de chaque rencontre avec le public.

Le Sud Ouest

Les résidents révèlent leurs talents avant le festival Publié le 04/07/2014 à 06h00 par Pierre-Antony Épinette

Tous les lundis de juin, les comédiens du Festival à Villeréal proposaient un repas partagé, avec un spectacle pour agrémenter la soirée. Un des temps forts fut, le 23 juin dernier, le spectacle des « Simone », fruit d’un partenariat entre les artistes et l’Ehpad. François, Thérèse, Jeannette et Michel ont écrit d’après leurs
souvenirs d’enfance, d’après leurs premières amours. Au milieu de leurs récits coulent des chansons de leur jeunesse ou de Nirvana, de Gun’s n’Roses. Accompagnés en musique par des ados du boulevard jeunes et au chant par les comédiens du festival, les résidAnts se sont livrés comme jamais.
« Les Simone » sera rejoué gratuitement le 10 juillet à 14 h 30 à la maison de retraite de Villeréal. La veille, à 18 heures sous la halle, un autre spectacle réalisé avec les résidents de l’Ehpad sera joué. Intitulé « Les Simone 2 », il répondra à cette question : Qui est Simone ? Simone de Beauvoir, Simone Weil, Nina Simone ou Simon and Garfunkel ? Peut-être les Simone de la maison de retraite. C’est l’histoire de femmes qui se racontent, qui racontent leurs combats, leurs amours. Des histoires de femmes racontées par des hommes et des femmes.
33 artistes sur le qui-vive
Quant au festival à proprement parler, il se déroulera dès samedi et jusqu’ au 12 juillet. Trente-trois artistes, acteurs, metteurs en scène, auteurs, musiciens, tous professionnels, ont travaillé ensemble pour créer cet événement. Au programme cette année, trois créations phares : « Les voisins » de Michel Vinaver, « Parole de fonctionnaires », mise en scène par Magali Woch et « Le temps des h+mmes».
Pierre-Antony Épinette

Le Sud Ouest

Les artistes en immersion Publié le 21/05/2014 à 06h00 , modifié le 21/05/2014 à 08h59 par Pierre-Antony Epinette

Pour la sixième année consécutive et pendant cinq semaines, le Festival à Villeréal va accueillir début juin des artistes en résidence pour une semaine de représentations, entre le 5 et le 12 juillet. 33 artistes, acteurs, metteurs en scène, auteurs, musiciens, tous professionnels, ont travaillé ensemble pour créer cet événement. Ils viennent avec un texte ou un thème à partir duquel ils se proposent d’écrire. Puis, après un temps d’errance dans le village et avec l’aide des habitants, ils choisissent un lieu : un jardin, une grange, un champ, une maison, le parvis de l’église… Lieu qui sera ensuite le décor de leur création. Le créateur et responsable du festival, Samuel Vittoz, explique que l’objectif est « de mettre les créateurs au centre d’un dispositif organisé et pensé pour permettre à l’inattendu de surgir. Ce dispositif repose sur la mise en place de collaborations inédites entre l’équipe organisatrice, les artistes participants, des associations locales et les habitants ».
Les créations
Au programme cette année, trois créations phares : « Les voisins » de Michel Vinaver, « Parole de fonctionnaires », mise en scène par Magali Woch et « TH +
ORÈME », mise en scène Nicolas Giret-Famin.
En marge, autour des spectacles : « Les Simone » ; un feuilleton radiophonique réalisé par David Georgelin ; une projection de courts-métrages sélectionnés au festival du film de Sarlat ; un chantier public autour de l’écriture d’un texte d’Elie Bricéno ; cabarets et concerts mêlants artistes en résidence et musiciens locaux ; une création vidéo de Juliette Navis ; une conférence sur l’économie circulaire et les circuits courts. Enfin, un chantier est prévu en vue de la réalisation d’un film avec les habitants du village et des acteurs professionnels.
Pendant la résidence, tous les lundis de juin, des repas « auberge espagnole » ouverts à tous se tiendront sous la halle. L’occasion pour habitants et artistes d’apprendre à se connaître. Puis, comme chaque année, les comédiens sont logés par des habitants, moyennant une prise en charge des frais.
Pierre-Antony Epinette

2013

Rue 89

Le festival de Villeréal et l’école selon Heiner Goebbels dans « OutreScène » Jean-Pierre Thibaudat Journaliste Publié le 04/06/2013 à 11h38 La revue « OutreScène » donne la parole à Samuel Vittoz qui a créé en 2009 le festival de Villeréal (village du Lot-et-Garonne) avec la complicité de Jeanne Candel, la Compagnie la vie brève et la compagnie Pôle nord. Moins un lieu de spectacles qu’un temps de travail, d’ateliers aboutissant ou pas à une présentation publique. Le singulier festival de Villeréal sort « d’un système de production institutionnel qui bride et qui formate », dit Vittoz. On y retrouve les artistes qui fréquentent les quatre mousquetaires. Le bouche-à-oreille a assuré le succès de Villeréal, mais quand un risque possible de festivalisation (un spectacle et puis s’en va) a menacé, Vittoz a tout de suite fait salutairement marche arrière.
Cette approche donne envie de lire un nouveau numéro d’« OutreScène » qui poserait la même question de la singularité à propos des festivals. Ainsi qu’un numéro suivant qui poserait la question aux CDN. Non seulement à celui de la Comédie de Valence et de sa comédie itinérante traitée dans ce numéro mais à d’autres CDN : on peut prévoir et espérer que des nominations comme celle de Marie-Josée Malis au CDN d’Aubervilliers vont faire bouger les lignes.
Une bombe signée Heiner Goebbels
La suite de ce riche numéro d’« Outre scène » se tourne vers l’étranger (Canada, Allemagne). Et là, seconde pièce maîtresse de ce numéro, une bombe à jeter dans la cour des écoles de théâtre françaises pour en secouer certaines, pour en questionner d’autres. Cette bombe, c’est un texte du compositeur et metteur en scèneHeiner Goebbels. A rebours de tout ce qui fait ou presque dans notre hexagone, Il évoque les bases à parti desquelles fonctionne depuis 1982 l’institut d’études théâtrales appliquées de l’université Justus Liebig de Giessen. Goebbels en est aujourd’hui le directeur artistique. De cette école sont sortis René Pollesch, le collectif She She pop ou le groupe Rimini Protokoll. Pas mal.
Dans cette école, nous dit Goebbels, aucun enseignement spécialisé : ni jeu de
Object 7
l’acteur, ni scénographie, ni dramaturgie, ni mise en scène.
« A la question de savoir ce qu’ils veulent faire au théâtre, avec et autour de lui, nos étudiants sont le plus souvent incapables de répondre. Mais c’est aussi pour cela qu’ils sont ouverts aux multiples facettes et potentialités artistiques qui apparaissent au carrefour des arts plastiques, de la musique et du théâtre. »
Pas de classes, « tous les niveaux sont confondus ». Pas de maîtres incontestés dépositaires de la parole divine. Mais des « enseignants-apprenants » poursuit Goebbels avec un clin d’œil au « maître ignorant » de Jacques Rancière. Une école singulière. Sans équivalent en France où l’on déborde d’écoles abordant le théâtre par le seul prisme du jeu de l’acteur. Goebbels :
« Il s’agit pour chacun de développer une esthétique personnelle au cours de ses études et non de copier celle des enseignants : de trouver quelque chose qui soit susceptible de me lancer un défi, à moi qui suis le professeur, de me surprendre. »

INFOS PRATIQUES « Réinventer des lieux de création ? » Revue « Outre scène » « OutreScène » N°14, revue (épisodique) du théâtre de la Colline, diffusée par Les Solitaires Intempestifs, 144 pages, 7 euros.

La Dépêche

Villeneuve-sur-Lot. Depuis 5 ans, Villeréal fait son festival
Publié le 03/07/2013 à 07:54, Mis à jour le 03/07/2013 à 07:55 Fêtes et festivals – Villeneuve-sur-Lot (47) – théâtre Du 06/07/2013 au 13/07/2013

Depuis cinq étés, «Un Festival à Villeréal» fait un tabac dans la bastide et dans le monde du spectacle. Le 6 juillet, Samuel Vittoz et ses compagnons reviennent investir le centre
ville de Villeréal. Samuel Vittoz est tombé amoureux du Villeréalais où il y venait en vacances étant enfant. Après avoir préféré le théâtre à l’astrophysique, il entre au Conservatoire national de Paris pour se lancer dans une carrière de comédien. Rapidement déçu par le milieu professionnel et la vie parisienne, il choisit le retour aux sources et revient s’installer dans le Villeréalais. «J’ai retrouvé un territoire organisé en société à taille humaine. Le lien social est en danger. Villeréal est un endroit où il est encore possible de créer ce lien». Il rajoute ensuite : «Sans dénigrer le territoire, la réalité est qu’il n’y a pas de théâtre ici. L’idée de ce festival est donc aussi : là où il n’y a rien, comment est reçu ce que nous faisons, nous les comédiens ? Au final, on a de très bons retours. Un truc a réellement pris ici». Un truc qui a amené les Villeréalais à se mobiliser autour de leur festival. Dès la deuxième édition, «l’association des Amis du festival» est venue soutenir les jeunes comédiens. Et quel soutien! Sous l’impulsion de Mme Epinette, tout le village apporte son soutien à la troupe (décors, hébergements … ). D’ailleurs sans ce soutien, le festival ne verrait certainement pas le jour (lire ci-contre). Samuel Vittoz a amené avec lui sa vision du théâtre. «Pas celle des canapés rouges en velours. J’aime sortir de chez moi pour aller rencontrer les gens. Le théâtre et ce festival sont des lieux d’échange, où des gens qui au premier abord ne se parleraient pas en viennent à discuter entre eux». Lui et les artistes qui l’entourent souhaitent changer la vision et l’interprétation du mot théâtre. Une certaine idée de cet art et de ses aboutissants qui lui a inspiré le thème du festival de cette année : comment est-ce qu’on fait pour vivre ensemble? La réponse? Vous la trouverez sur les planches d’«Un festival à Villeréal».
Le théâtre manque de moyens pour créer Si le Festival de Villeréal existe encore, c’est grâce à la volonté farouche des comédiens ainsi que le soutien incroyable des Villeréalais. Car le festival, pourtant reconnu et recommandé par le milieu du théâtre, souffre de financements qui ne sont pas en rapport avec l’investissement consenti. Pour presque trois mois de travail, les organisateurs perçoivent 5000 € d’aides, respectivement de la région et du département. En comparaison, la commune (1200 habitants) verse 3000 €. Un manque de moyens qui oblige les comédiens à se produire bénévolement et limite fortement la production artistique. Un coup de pouce supplémentaire renforcerait la diffusion de la culture dans nos campagnes. P.C

La Dépêche

Villeréal. Un 5e festival de théâtre Publié le 22/06/2013 à 03:54, Mis à jour le 22/06/2013 à 07:21 Fêtes et festivals – Villeréal (47) Du 06/07/2013 au 13/08/2013

Pour la cinquième année , un festival de théâtre se déroulera à Villeréal du 6 au 13 juillet. Dès Juin, les artistes, acteurs, metteurs en scène, auteurs,musiciens, tous professionnels ,sont en résidence dans le village pendant 6 semaines, afin de travailler à la création de ce festival. Le thème de cette édition s’articule autour de la question du vivre ensemble. L’accent sera mis sur la rencontre entre la collectivité du village et le collectif de créateurs. Trois créations sont en préparation. Le programme 2013 accueillera l’auteur Julien Guyomard qui présentera, chaque lundi,les brèves de Villeréal. Un cycle de lectures proposé par Nathalie Nell sur des textes de Charlotte Delbo. Un cycle de conférences sociologiques autour du livre d’Alain Accardo(Introduction à la sociologie critique) sera présenté par Samuel Vittoz.

La Dépêche du Midi

La Dépêche

Villeréal. Festival de théâtre : chapeau les artistes ! Publié le 08/07/2013 à 04:05, Mis à jour le 08/07/2013 à 08:32 Fêtes et festivals – Villeréal (47)

Depuis samedi et sous un superbe soleil, le festival de Villeréal bat son plein et connaît un vif succès. Ayant pour thème «Comment vivre ensemble», les pièces de théâtre, créées de toutes pièces dans la bastide, attirent beaucoup de monde et finissent sous les
acclamations. Les comédiens, portés par le projet de Samuel Vittoz, arrivent à toucher la sensibilité de chacun mais n’oublient pas d’y apporter une touche d’humour qui plaît énormément. À la sortie de la pièce «Dansons avec les haches», Cathie, une habitante du coin était enchantée : «J’ai adoré le spectacle et je salue la performance des comédiens. Le travail d’écriture est remarquable, avec de nombreux rappels et un humour très fin et décalé. De plus, le message véhiculé – qu’est ce que réussir dans la vie ?- était très intéressant et nous a fait réfléchir à beaucoup de choses. Ce festival est un événement génial pour Villeréal. J’ai d’ailleurs choisi de prendre le «pass festival» car je compte bien y retourner !» En effet, les comédiens vont continuer de se produire dans le village durant toute la semaine. De 11 heures du matin à 23 heures le soir, toute la journée est animée par diverses compositions allant de la pièce de théâtre, au concert de musique, en passant par des récits retraçant la vie du village de Villeréal. Il est d’ailleurs conseillé de réserver au moins un jour à l’avance pour les pièces de théâtre. Une sortie idéale en famille, en couple ou entre amis, pour bien débuter ses vacances.

Informations et réservations sur http : unfestivalavillereal.wordpress.com et au 05 53 36 09 65.

Pierre Cornu

2012

Le Sud Ouest

La Dépêche

Les organisateurs d’Un Festival à Villeréal ont, pour la quatrième édition, du 6 au 13 juillet, décidé de s’aventurer sur le thème du chantier. Des lieux phares de Villeréal accueillent des artistes depuis le 2 juin. Échanges. « L’idée est d’essayer de déplacer les cadres conventionnels du théâtre, de passer du temps au village et pas seulement y jouer », résume Samuel Vittoz. Il est à l’origine d’Un Festival à Villeréal dont la quatrième édition a lieu du 6 au 13 juillet. À la sortie du Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris, Samuel Vittoz s’installe à Villeréal où sa famille possède une maison. Il réhabilite alors une grange en plateau. Une compagnie germe, un festival aussi. Naturellement. Les artistes sont invités à venir créer dans Villeréal, pour Villeréal. Ils investissent des lieux du village, partagent la vie des habitants. Échanges. Après une édition, la première, consacrée au dramaturge Serge Valleti, une autre sur le thème « Voir le village autrement », une troisième sur « La mythologie des origines », Un Festival à Villeréal entame, cette saison, sur une réflexion sur le chantier. « Notre objectif, indique Samuel Vittoz, n’est pas tant de donner une unité de contenu aux créations du festival, mais plutôt de jouer un rôle d’avertissement au public. Nous cherchons à affirmer l’idée que le festival de Villeréal est un chantier permanent, que son caractère premier est le mouvement, tant dans son organisation que dans les créations qui y seront réalisées. » Comme pour les autres éditions, les artistes habitent, depuis le 2 juin, des lieux phares de Villeréal (l’école, la salle des fêtes, le bar Le Moderne et la boucherie-charcuterie). Samuel note d’ailleurs que de plus en plus de lieux s’ouvrent aux compagnies. Un signe qui ne trompe pas.
À l’école, c’est Marc Vittecoq, du collectif La Vie Brève, qui travaille sur le thème de l’éducation et de la transmission. L’écriture de son projet est issue de la rencontre d’une équipe d’acteurs professionnels avec un groupe d’adolescents du centre d’animation de Saint-Eutrope-de-Born. Dans la salle des fêtes, Samuel Vittoz, du collectif Vous êtes ici, bosse sur le thème du loto. Au bar le Moderne, Arthur Igual, de la compagnie du D’ores et déjà, se penche sur le Sacre du Printemps de Stravinski. À la boucherie – charcuterie : Jonathan Heckel réfléchit sur un texte de Jonathan Swift de 1729 « Modeste Proposition pour empêcher les enfants pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et de les rendre utiles au public ». Le chantier est ouvert et le festival est en pleine construction. Jusqu’où ira ce formidable édifice. Les autres rendez-vous du Festival Un Festival à Villeréal continue également à proposer des rendez-vous musicaux avec des concerts/spectacles au Moderne, à l’Étrier et sous la Halle ; des rendez-vous scientifiques, cette année sur le thème de la crise de l’énergie ; des rendez-vous philosophique, le grand retour de Deleuze et Spinoza au bar/PMU de l’Étrier.

2011

Le Monde

La Dépêche

2010

Le Sud Ouest

Le théâtre nouvelle génération.                                                                                                                            La 2e édition du festival de Villeréal continue dans sa logique de briser les codes du théâtre traditionnel.
D’abord par une proximité toujours plus grande avec le village et les villageois. L’année dernière, les trois spectacles ont été joués dans la salle des fêtes. Cette année, depuis le 1er juillet, les compagnies La Vie Brève et Pôle ont investi deux maisons du village. Quant à la compagnie organisatrice Vous êtes ici, elle jouera « Le Conte d’hiver », de William Shakespeare, sous la halle mais pas seulement. « Ce sera un spectacle itinérant car nous utiliserons tout le décor de la place, explique Samuel Vittoz, directeur artistique de Vous êtes ici. L’idée, c’est de s’inscrire dans les murs et les pierres du village en créant des spectacles dont l’inspiration principale est le lieu. C’est une façon de briser l’image négative qui pèse sur le théâtre, trop souvent vu comme un produit culturel à
consommer dans un fauteuil en velours rouge. »
Toujours dans cette idée de proximité, les acteurs ont confronté leurs personnages à la vie de la commune en jouant des scènes improvisées, par exemple pour le spectacle « Le Lapin » : « Un acteur, portant des oreilles de lapin est venu un jour avec l’équipe technique de la mairie pour nettoyer la halle, raconte Samuel Vittoz. Une cliente de la Caisse d’épargne, inquiète est venue le voir pour comprendre ce qui se passait. Lui demandant pourquoi il portait ces oreilles, il a simplement répondu qu’il était un lapin. » Immense création collective
Autre élément qui caractérise ces jeunes acteurs, tous âgés entre 20 et 30 ans : l’influence du cinéma. Ainsi la compagnie San Bernardino, réalisera-t-elle trois moyens/courts-métrages dans les murs et en extérieur. La compagnie La vie Brève, pour le spectacle « Nous brûlons », mettra en place des effets spéciaux. « Et pour l’année prochaine, se projette Samuel Vittoz, nous comptons réaliser une immense création collective avec les quatre compagnies, sous la forme d’une saga. »
Autre projet de taille pour Samuel Vittoz, « garder le festival comme lieu de création, mais donner vie à une véritable saison de théâtre à Villeréal. » La nouvelle génération ne manque pas d’idées.
Festival de théâtre de Villeréal, à partir d’aujourd’hui, jusqu’à vendredi.

Renseignements au 06 62 00 49 10 ou sur le www.unfetivalavillereal.wordpress.com

La Dépêche 

Le CAFI de Vladia Merlet, à écouter à 18 heures à l’Hôtel de l’Europe.

«Un Festival à Villeréal 2009» a inauguré la relation du village avec la compagnie théâtrale «Vous êtes ici.» Le bar PMU l’Étrier, l’Hôtel de l’Europe, la Halle, ont été investis mais, principalement, le centre culturel François Mitterrand, lieu habituel de représentation. «Nous avions déjà fait le choix de proposer une utilisation de la salle inaccoutumée. Chacun des spectacles en donnait une vision différente : le premier utilisait l’espace de l’entrée, le second se jouait par terre au milieu des spectateurs et le troisième les entraînait sur le plateau en leur donnant à voir une pièce depuis les coulisses. Un festival à Villereal 2010, entend poursuivre cette relation. Cette année, nous voudrions faire évoluer le festival vers une proximité encore plus grande entre le village et les spectacles proposés.» expliquent les organisateurs d’un festival différent qui débute ce soir et se prolongera jusqu’au vendredi 13 août. Avec un seul mot d’ordre, le plaisir…

La Dépêche du Midi