L’Oeil Lucide

L’Oeil Lucide propose un cycle documentaire :

AUTONOMES
de François Bégaudeau
France | 2020 | 112 minutes | HD

Ici et là, hors des radars de la représentation majoritaire, des gens, parfois seuls, parfois
associés, cultivent des modes de vie, de production, de pensée, de croyance, de soin, en
rupture au moins relative avec les manières certifiées conformes. Autonomes se tient dans la
compagnie de quelques-uns de ceux-là, en Mayenne et alentours. « On y trouve partout des
êtres atypiques, que relient leur propension à creuser, dans notre monde, en esprit et en acte,
un monde régi par des lois propres. Un monde autonome.(…) L’autonomie n’est pas l’autarcie,
elle signifie l’indépendance. Ou plutôt le choix de ses dépendances. » François Bégaudeau

GENÈSE D’UN REPAS
de Luc Moullet
France | 1978 | 117 minutes

Partant d’un repas composé d’œufs, de thon en boîte, et de bananes, Luc Moullet remonte la
chaîne qui a mené ces aliments à son assiette : responsables de supermarché, grossistes,
importateurs, fabriquants, ouvriers, etc. sont interviewés pour nous amener à comprendre
comment tout cela fonctionne. Un journal intime déconcertant, à la fois burlesque et tragique.
De la production à la consommation, l’économie comparée d’une boîte de thon sénégalaise,
d’une omelette française, d’une banane équatorienne et de la pellicule cinématographique,
constitue la trame de Genèse d’un repas, documentaire à la fois terrifiant et désopilant d’un Luc
Moullet décidément aussi visionnaire qu’iconoclaste.

LA VÉRIDIQUE LÉGENDE DU SOUS-COMMANDANT MARCOS
de Tessa Brisac, Carmen Castillo
France | 1995 | 64 minutes | Vidéo

Depuis l’insurrection du 1er janvier 1994, pendant laquelle des milliers d’Indiens mayas de
l’EZLN, l’armée zapatiste de libération nationale, ont occupé par surprise quatre villes du
Chiapas, pour exiger « la justice, la liberté et la démocratie », quelque chose s’est brisé au
Mexique. Dans ce film, on découvre de la bouche même du sous-commandant Marcos
l’extraordinaire histoire de cette guérilla démocratique et pacifiste : sa « naissance » secrète au
fond des montagnes en 1984, sa lente métamorphose au contact de la culture indienne, ses
rêves, son désespoir. Et l’on comprend comment un petit groupe issu des guérillas des années
70 s’est transformé en une armée de milliers d’insurgés prêts à mourir pour leur dignité, pour
qu’enfin on les écoute, pour que leur pays reconnaisse leur existence et leurs droits.